The Artist fait semblant d’être un film français

Sujet(s) abordé(s) :

The artist comme son titre l’indique est bien un film américain : la preuve par 3 ?
1) L’équipe est américaine : le film a été tourné à Los Angeles avec une équipe locale. Michel Hazanavicius a le statut de résident permanent aux États-Unis et son film a pu concourir aux Spirit Awards, cérémonie qui récompense les films indépendants (moins de 20 M$ de budget) dans la catégorie film américain. Or ce festival est très restrictif en termes de nationalité. En effet, parmi le réalisateur, le scénariste et le producteur, il faut qu’il y ait au moins deux citoyens américains ou résidents permanents aux États-Unis (ce qui n’est pas le cas de Shame, par exemple qui bien qu’en langue anglaise a été classé comme film étranger. The artist a d’ailleurs concouru aux Oscars dans la catégorie film américain aussi parce qu’il a pu attester d’avoir été diffusé en premier dans le comté de Los Angeles pendant au moins une semaine entre le 1er janvier et le 31 décembre – condition difficile à obtenir pour tout film sauf quand on a « Dieu », c-a-d, H. Weinstein comme producteur. L’ironie est atteinte, lorsqu’on sait qu’il n’aurait même pas pu concourir aux Oscars en tant que film étranger s’il l’avait voulu car il aurait fallu pour cela qu’il sorte en France avant le 30 Septembre…or le film n’est sorti sur nos écrans que le 12 octobre.
2) La majorité des fonds qui ont servi à le financer et à le distribuer sont américains : The Artist a été financé en partie par (il serait intéressant d’avoir la part exacte de budget et donc de droits détenus par l’américain) H. Weinstein, dont la société a son siège aux US et qui a investi au moins 20 millions de dollars dans la promotion et la campagne des Oscars, soit plus que ce que le film a coûté (environ 15 millions de dollars).
3) Il est en langue anglaise : les rares mouvements de lèvres des acteurs et les quelques mots prononcés au cours du film conditionnent la “langue” principale du film et ce n’est pas le français mais bien l’anglais. C’est d’ailleurs pourquoi il est qualifié par son réalisateur de « lettre d’amour à Hollywood ».
Alors, convaincus ?
Source : LeFigaro.fr : The Artist ou l’art de se faire passer pour un film américain par Phalène de La Valette le 28/02/2012 à 12:35

Un commentaire sur « The Artist fait semblant d’être un film français »

  1. Anonyme écrit le 5 mars 2012 à 21:24

    En effet ! article intéressant.

Laisser un commentaire