Objectif – Horloge – Enjeux: la sainte trinité du scénariste professionnel

Sujet(s) abordé(s) :

Le « OHE », ou plus précisément le « GSU » en anglais pour GOAL, STAKES, URGENCY, traduit par mes soins en OHE (OBJECTIF, HORLOGE, ENJEUX) est un filtre que Carson Reeves, créateur du blog ScriptShadow applique pour juger de la pertinence des scénarios qu’il lit de manière professionnelle. J’ai trouvé intéressant de vous faire partager son analyse.


En effet, pour que le moteur dramatique d’une histoire fonctionne, il lui faut une sorte d’essence de base qui pourrait être résumée par ces trois lettres.

Un OBJECTIF concret


Le protagoniste au coeur de l’histoire est toujours sensé faire quelque chose. Il doit donc toujours avoir un but, un objectif clair, compréhensible par le télespectateur (séduire une femme, conquérir un territoire, défendre sa famille, etc.)

À retenir : pour qu’il soit efficace, l’objectif doit être concret, c’est-à-dire filmable&nbsp: on ne filme pas une idée (un personnage en colère ou qui veut améliorer sa situation personnelle est abstrait).

Quand vous trouvez comment votre personnage peut se sortir de l’impasse, améliorer sa situation, vous tenez de fait votre tâche (cf. le billet écrire un scénario sans peine avec la tâche).

Une HORLOGE


On aurait pu dire Tension, Urgence, mais j’ai pensé que le terme horloge serait plus évocateur. Certes il est important que le personnage réussisse son objectif mais il est aussi important qu’il soit dans une sorte de pression, d’urgence.

Le décompte du détonnateur d’une bombe prête à exploser est une horloge commune des films d’action, mais il suffit parfois d’installer des petits détonnateurs dans l’histoire pour tendre un scénario. Par exemple dans une scène où Pierre et Paul dialoguent, si vous rajoutez une horloge où Pierre n’a que 2 minutes pour dire à Paul quelque chose de difficile à dire pour lui, vous tendez automatiquement la scène.

Des ENJEUX

Enfin, une fois le personnage et l’objectif trouvés, il reste à établir des enjeux forts. Il suffit de se poser des questions simples de type : que gagne mon personnage s’il atteint son but ? Que perd-t-il s’il échoue ?

Plus les risques et les récompenses seront grandes, plus les enjeux seront forts, plus vos lecteurs et télespectateurs seront en haleine.

CQFD pour moi, mais êtes-vous convaincus ?

2 comm. sur « Objectif – Horloge – Enjeux: la sainte trinité du scénariste professionnel »

  1. EFranck écrit le 4 mai 2012 à 16:08

    Est-ce que la formule de l'horloge peut être compensé par deux objectifs qui dépendent l'un de l'autre ? Par exemple le soldat Vincent doit couvrir une position pendant que le soldat David amorce une bombe/détruit des documents/ finit d'interroger un prisonnier. Si on arrive à construire la scène sans qu'un objectif prend le pas sur un autre et que les enjeux sont les mêmes n'est-ce pas plus efficace en théorie ? (surtout pour les histoires où on ne veut pas d'un seul personnage principal)

  2. Ecrit écrit le 8 août 2013 à 15:05

    Cher EFranck, je tombe un peu tard sur votre question. Veuillez m'en excuser. Pour qu'un objectif soit efficace, il faut que vous le reliez à un enjeu, inutile ainsi de multiplier les objectifs si nous ne comprenons pourquoi au départ le premier que vous posez est important pour votre personnage. Si l'on reprend votre exemple: le soldat Vincent doit couvrir son collègue pendant qu'il désamorce une bombe. Nous comprenons automatiquement que s'il ne réussit pas, la bombe va exploser. Ceci est un enjeu général. Si vous voulez être plus efficace, vous devez nous dire pourquoi il est important pour Vincent que la bombe n'explose pas et ce qu'il risque concrètement si elle explose. L'un ne marche pas sans l'autre.

Laisser un commentaire