Écrire un dialogue: les 4 règles d’or

Sujet(s) abordé(s) :

Vous désirez que cet article aille droit au but ? Le spectateur n’en attend pas moins de vos dialogues ! Voici quatre règles d’or pour y parvenir :

Écrivez vos dialogues avec la technique du 1-2-3


Dès que votre histoire est armée (avec le 1 du 1-2-3), chaque seconde de votre récit doit traiter du conflit central, ch.2 de notre formation scénario en ligne). Déterminez pour chaque scène :— 1) un objectif, un enjeu et un antagonisme de départ ;— 2) une tâche ;— 3) un climax.Exemple de dialogue entre Fred et Agnès :AGNÈS
Tu comprends, je peux pas tromper mon copain.
(Fred a visiblement un objectif clair, séduire Agnès, cette dernière étant aussi son opposant.)

Exprimez des valeurs morales irréconciliables dans vos dialogues


Depuis l’invention du parlant, le dialogue est utilisé par les scénaristes pour faire passer des éléments très importants, mais peu visuels : les valeurs morales de leurs personnages. L’intérêt est de renforcer le conflit central en opposant deux à deux des valeurs irréconciliables, celles du protagoniste, de son antagoniste et de ses adjuvants.

Si vos personnages ne s’entendent sur rien, il y aura mécaniquement une complication de la tâche du héros et votre récit s’écrira facilement.Retrouvons Fred et Agnès :AGNÈS
Tu comprends, je peux pas tromper mon copain.FRED
Ah, mais non, je sais bien que t’es pas comme ça! Je sais bien!

Ne faite que des révélations dans vos dialogues


Toujours dans l’optique de faire avancer le récit, les dialogues peuvent également révéler au spectateur une complication majeure. Le mot-clé ici est révélation !

Les personnages qui commentent leurs actions et donnent des informations que nous connaissons déjà sont ennuyeux ! Imaginez que vous devez payer un euro à chaque mot couché sur le papier, le but étant d’avoir le dialogue le plus rentable possible.Retour sur Fred et Agnès :AGNÈS
Tu comprends, je peux pas tromper mon copain.FRED
Ah, mais non, je sais bien que t’es pas comme ça ! Je sais bien !AGNÈS
Ou alors, il regarde…FRED
(son monde s’écroule)
!!!
(Extrait du film Les Apprentis — dialogues : Pierre Salvadori)

Écrivez des punch-lines pour conclure vos dialogues


Des dialogues comme ceux ci-dessus sont entrés dans l’histoire du cinéma parce qu’en plus de faire avancer le récit, ils réussissent à nous divertir, grâce à la technique de la punch-line. Il s’agit simplement d’

Julie SALMON, script doctor senior chez HC

Scénariste et créatrice de fictions originales, Julie est double lauréate du fonds d'aide à l'innovation du CNC :
– Scénariste de cinéma : a écrit plusieurs longs métrages dont le premier sortira sur les écrans en 2018
– créatrice de séries : a développé plusieurs projets de série dont une sitcom produite par Whac Films (pilote tourné en 2014) et une série policière (4x52') en préparation pour Everlasting Films
– Spécialisée dans la création de comédies originales
– Sollicitée par des éditeurs et des directeurs de fiction pour accompagner leurs auteurs
Elle est aussi spécialiste du marché de la fiction (diplômée d'HEC, du mastère Médias de l'ESCP et auteure d'une thèse sur l'avenir de la fiction française primée par Les échos de la recherche).

2 comm. sur « Écrire un dialogue: les 4 règles d’or »

  1. Natacha écrit le 11 février 2013 à 18:46

    "Lisez vos dialogues à haute voix." bonne idée je n'y aurais pas pensé ! Cela permet aussi de se mettre un peu à la place de l'acteur qui devra "jouer les mots".
    Merci encore pour tout ces précieux conseils !

  2. High concept écrit le 12 février 2013 à 19:20

    @Natacha: Oui… et vu que Julie est spécialisée dans la création de comédies, je ne vous raconte pas l'ambiance dans la maison quand elle écrit ses dialogues ;o)

Laisser un commentaire