Intouchables est-il un film raciste?

Sujet(s) abordé(s) :

Quand, Variety, le célèbre magazine référence de l’actualité culturelle aux États-Unis avait, lors de la sortie d’Intouchables en France, taxé le film de raciste à la « case de l’Oncle Tom », avec un Omar Sy traité en « singe savant », ou que le New York Times, via un article de Stephen Holden, l’a décrit plus récemment comme une « grossière fiction (…) qui exploite tous les vieux stéréotypes de l’homme noir en libérateur de culture », l’équipe du film peut logiquement s’inquiéter de la réception du public américain à venir quans le film sera projeté sur leurs écrans à partir du 25 mai 2012.
Cela ouvre matière à débat quand on sait qu’aux États-Unis un film est raciste lorsque les rôles du Noir et du Blanc ne sont pas interchangeables.
On peut néanmoins penser que si le producteur américain Harvey Weinstein, celui qui a fait gagner ses oscars à The Artist en a acheté les droits, c’est qu’il n’y a pas trop de soucis à se faire. Profitant de la polémique américaine pour faire le buzz, il pourra toujours en faire un remake si le film original ne marche pas.
Qu’en pensez-vous ?
Source : LeMonde.fr – article d’Éléonore Hamelin paru dans l’édition du 04.03.12 – « Intouchables » touchera-t-il les Américains ?

Julie Salmon, script doctor senior chez HC

Scénariste et créatrice de fictions originales, Julie est double lauréate du fonds d'aide à l'innovation du CNC :
– Scénariste de cinéma : a écrit plusieurs longs métrages dont le premier sortira sur les écrans en 2018
– créatrice de séries : a développé plusieurs projets de série dont une sitcom produite par Whac Films (pilote tourné en 2014) et une série policière (4x52') en préparation pour Everlasting Films
– Spécialisée dans la création de comédies originales
– Sollicitée par des éditeurs et des directeurs de fiction pour accompagner leurs auteurs
Elle est aussi spécialiste du marché de la fiction (diplômée d'HEC, du mastère Médias de l'ESCP et auteure d'une thèse sur l'avenir de la fiction française primée par Les échos de la recherche).

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire