Transcender un genre dramatique et littéraire: choisir un mythe, de l’Iliade à l’Odyssée

Sujet(s) abordé(s) :

Dans toutes les histoires racontées au théâtre et au cinéma, les arts narratifs en général, on peut considérer différents niveaux structurels. Tout d’abord, l’archi-structure du récit qui classe les histoires en types fondamentaux, puis le genre auquel une histoire appartient qui fait non seulement référence aux situations dramatiques qu’elle exploite mais aussi au mythe qu’elle prend en référence et qu’il est toujours intéressant d’identifier.

Action !

Votre fiction est-elle une Iliade ou une Odyssée ?

Dans le chapitre 7 de la formation vidéo, vous avez appris à différencier un genre marketing de façade et un genre dramatique ou littéraire de scénariste, qui permet, lui, de structurer professionnellement votre récit. Vous avez également appris à vous repérer parmi les (très) nombreux genres dramatiques pour sélectionner la mécanique qui vous convient grâce au tableau des genres.Ce tableau classe les genres en trois catégories (ou archi-structures) en fonction de l’objectif de votre protagoniste principal. Toujours dans l’esprit de simplification qui nous caractérise, je rajouterais que ces trois catégories sont elles-mêmes contenues dans deux archi-structures originelles. En effet, toute œuvre est soit une Iliade, soit une Odyssée. Aucune histoire, aucun récit n’y échappe. Parfois, les deux se fondent l’une dans l’autre.Une odyssée (Ulysse) est un voyage, une marche, une errance tendue vers un but lointain, une quête de sens ou d’identité, un parcours initiatique : les road movies (Easy Rider, Thelma et Louise, Duel et bien sûr Pierrot le fou, Godard étant considéré comme le précurseur du genre) — les films d’aventures (L’homme qui voulut être roi) — les films initiatiques (Matrix, Le seigneur des Anneaux, Avatar), etc.

Qu’elle soit tragédie ou comédie, comme dans O’Brother, l’odyssée a sa constante structurelle, le voyage du héros : l’appel — le départ — les premières épreuves — l’épreuve suprême — la récompense — l’abandon des instruments du pouvoir et le retour (voir le livre de Joseph Campbell « Le Héros aux mille et un visages »).L’Iliade quant à elle, est une recherche du temps perdu, le retour en un point. Elle évoque un lieu clos qu’il s’agit de pénétrer, d’intégrer ou de s’échapper : Citizen Ken, Le Procès, etc. Sa constante structurelle : l’affrontement entre deux entités — deux mondes, deux groupes humains, deux personnages.

Identifiez le mythe grec de votre genre dramatique

Un scénario ou une histoire totalement originale n’existe probablement pas. C’est la façon de la raconter qui peut l’être.Dans le cours vidéo associé, vous avez ainsi appris que le nombre de situations dramatiques exploitées dans les œuvres littéraires, théâtrales ou cinématographiques mondiales est limité. (Cédric cite les « Trente-six situations dramatiques » de Polti, il existe aussi les deux cent milles d’Etienne Souriau.)

Les genres dramatiques se structurent suivant ces patrons de façon plus ou moins systématique, plus ou moins combinatoire, plus ou moins assujetti au modèle :

Au sein de ces genres, les mythes (souvent grecs mais pas toujours) imposent aussi des structures aux films qui les utilisent. On appelle ces modèles des « mythèmes ». L’époque change, les décors, les mœurs, mais les personnages, leur parcours, le thème, la construction restent à quelques variations près ceux du mythe.

Les mythèmes prennent toute leur force lorsqu’ils sont associés à des problématiques contemporaines :

CUT. Dans le prochain article nous allons aborder la Trinité qui structure toute histoire, les différents temps et les procédés dont nous disposons. Le fameux 1-2-3 de High concept, à ma sauce ;o) En attendant, bonne écriture…

4 comm. sur « Transcender un genre dramatique et littéraire: choisir un mythe, de l’Iliade à l’Odyssée »

  1. Loic Gandon écrit le 28 mai 2013 à 12:33

    Super ! La suite ? La suite ! La suite.

  2. stephane écrit le 29 mai 2013 à 08:31

    Je suis un peu perdu dans cet article.
    L'Odyssée m'apparaît très clairement expliquée, l'Illiade en apparence aussi, mais toutefois les exemples sont moins évidents à mes yeux.
    citizen Kane est une enquête, un récit, il y a une "évolution" des journalistes, où se situe l'affrontement entre deux entités ?
    Journalistes VS vérité ?
    Avez-vous des exemples ou les 2 se mélangent ?
    Est-ce ces 2 genres que vous appelez les mythèmes ? Ou alors y a-t-il un nombre délimité de ces mythèmes ?
    désolé, c'est peut-être mon état de fatigue. 🙂
    merci pour ce billet en tout cas.

  3. BOOKS OF LOU MA HO écrit le 29 mai 2013 à 15:26

    Il n'y a pas de nombre délimité pour les "mythèmes". Il faut seulement que le mythe soit devenu universel et référentiel comme les mythes grecs repris par la philosophie ou la psychanalyse.
    Dans Citizen Kane il faut trouver la vérité, percer le mystère, rentrer dans un univers, une folie des grandeurs, une ambition dévastatrice, mais ce n'est en aucun cas le parcours du héros.

  4. Anonyme écrit le 31 mai 2013 à 12:12

    Si je comprends bien on ne peut raconter que deux types fondamentaux d'histoire !
    C'est vrai qu'en analysant les films ou livres qui m'ont marqué, ce sont soient des Illiades, soient des Odysées. Je trouve que le savoir gâche un peu le mystère. C'est toujours réducteur de connaître les ficelles. Surtout dans ce qu'on considère comme un art. C'est comme de connaître soudain le truc d'un tour de magie qui nous impressionnait. On est surpris par sa simplicité et toujours un peu déçu.

Laisser un commentaire