Comédies tv : un genre qui séduit moins

Sujet(s) abordé(s) :

Excepté le grand retour des séries policières et les sagas annoncées de Luc Besson et de ses reprises d’anciens succès de cinéma qui trustent notre rentrée, que pouvons-nous dire des autres projets annoncés ou de ceux qui viennent de remporter un prix à La Rochelle 2012 ? (en mettant de côté aussi la mode des copros internationales).

Les comédies ne semblent plus faire autant l’unanimité sur nos écrans

  1. Des comédies sociétales sur le service public : après avoir donné dans l’historique, France Télévisions se tourne vers des séries aux sujets plus actuels et contemporains.
    • Prix de la meilleure série : the winner is Tiger lily pour France 2. Série de 6 x 52′ réalisée par Benoît Cohen avec Lio, Camille Japy, Florence Thomassin et Arianne Séguillon, écrite par Negar Djavadi et Charlotte Paillieux (primée au FAI) et produite par Ego Productions (Pascale Breugnot, Vincent Mouluquet). Série centrée sur un groupe de rock de quatre filles nées à la fin des années soixante (les Tiger Lily) formé par Rita, Rachel, Muriel et Stéphane, mariées, mères de famille ou célibataires qui ont rangé les guitares depuis longtemps et qui décident de revivre leur rêve à 45 ans !
    • Puis c’est le vide intersidéral en termes de série et il ne reste plus que La Smala s’en mêle, comédie low concept portée par Michèle Bernier pour incarner dans des épisodes 2 et 3, un semblant de joie sur la thématique du divorce et de la réorientation professionnelle. Ou encore Fais pas ci, fais pas ça qui rempile pour une saison 5 où les deux familles seront confrontées à de nouveaux problèmes : vivre en couple, réussir le jumelage avec Tappakawac, une ville québécoise, devenir numéro un de chez Binet, couper le cordon avec Tiphaine, connaître le succès avec la sortie du livre Le Bonheur c’est maintenant… Mais c’est à peu près tout. Reste Drôle de famille pour un épisode 4 inédit réalisé par Christophe Douchand, écrit par Diane Clavier et Camille Pouzol, produit par DEMD Productions avec Christine Citti, Juliette Arnaud, Samuel Théis… où les colocataires débarquent à Marrakech dans un riad que fréquente de temps à autre Françoise, la mère de Mathieu. Enfin, c’est ce qu’ils croient…
  2. Des comédies familiales pas vraiment drôles ni sur TF1, ni sur M6 : stars et low concept à gogo avec des unitaires reconductibles et des séries chorales.
    • Sur les couples en divorce/réunification. Prix du meilleur Téléfilm comédie pour TF1, pour On ne se quitte plus, une comédie policière réalisée par Laurence Katrian, écrite par Anne Valton et Luc Chaumar, produite par Hatalom LGM avec Olivier Marchal, Ingrid Chauvin, dont nous avons déjà parlée.
    • De même, TF1 a proposé un téléfilm intitulé Le bonheur des Dupré, réalisé par Bruno Chiche et adaptée par Marie-Anne Chazel, qui réunit Marie-Anne Chazel et Bernard Le Coq, incarnant, Nathalie et Bruno, un couple de quinquas qui mènent une vie bourgeoise à Lille. Alors, même que leur fille, Prune, prépare son mariage, Nat et Bruno décident de divorcer. Pour Prune (Delphine Théodore), cette séparation est tout simplement impossible et remet en cause son propre mariage. Entre chantage affectif et autres manipulations, elle n’aura de cesse de tenter de ressouder ses parents, tandis que ces derniers, entre mensonges et subterfuges, essayent de suivre leur chemin… ce qui n’a retenu l’attention que de 3.9 millions de téléspectateurs, pour 15.4% du public présent devant son poste plaçant TF1 à la troisième marche des chaînes les plus regardées en prime-time, derrière France 2 (Castle) et M6 (L’amour est dans le pré). Bof ! Il n’y aura sûrement pas de suites donc…
    • Dans la même inspiration, TF1 proposera le pilote de A votre service, une fiction avec entre autres Hippolyte Girardot et Sébastien Knafo, qui sera diffusée le 10 décembre, produite par JLA Productions qui pourrait, si l’audience est bonne, devenir une série. Celle-ci suivra Guillaume (père de famille fraîchement divorcé, légèrement hypocondriaque) et Zach (éternel dragueur, célibataire et fauché) qui sont, bien que diamétralement opposés, les meilleurs amis du monde. Tous deux, à 40 ans, décident de changer de vie. Ils montent ensemble une société d’organisation de fêtes et d’événements, du plus classique au moins conventionnel : mariage, fête de divorce, séminaire d’entreprise, réunion d’anciens copains, PACS, bar-mitsva…
    • Dans la suite de Camping, créée par Jeanne Le Guillou avec Christophe Malavoy, Lola Dewaere, Anne-Elisabeth Blateau, La Croisière est une série comique de 6 x 52’ avec Christophe Malavoy dans le rôle du Commandant, qui relate les aventures décalées de l’équipage d’un paquebot et de ses occupants. Quand 5 000 passagers, avec leurs lots de « casseroles » et de mensonges, leurs problèmes d’amour et de boulot en tout genre, embarquent sur un paquebot dirigé par un personnel de bord aussi impliqué que décalé, il en résulte une croisière pas comme les autres ! Le commandant rêve du plancher des vaches ; sa seconde découvre la vie ; la directrice de croisière, impératrice du bonheur et de l’harmonie, mène la vie dure à son ex-mari le chef barman ; le médecin de bord est dénué du moindre sens psychologique ; le chef de la sécurité se prend pour un héros de série américaine et le charmant jeune curé fait office de psy à l’heure de la confession… Non, la Méditerranée n’aura vraiment rien d’un long fleuve tranquille ! Série chorale dans la veine du film éponyme sorti l’année dernière, cette comédie est faite pour toute la famille mais pas sûr que tout le monde rie.
    • Dans la case, « fiction prestige », créée par Karine De Demo et Michel Delgado, produite par GMT, la mini-série de prestige de 2×90′ réalisée par Stéphane Kappès, Merlin, avec Gérard Jugnot dans le rôle titre (qui nous rappelle furieusement Ali Baba dans le même genre), Joséphine de Meaux, Marilou Berry. Après cinq années passées auprès du prince Arthur qui, au grand désespoir de sa cousine Morgane, va épouser la jolie princesse Guenièvre, Merlin se retire dans la forêt de Brocéliande pour goûter une retraite paisible. Mais l’arrivée de l’énergique fée Viviane et de son jeune fils Lancelot va pulvériser ses plans. La fée s’incruste en déployant ses charmes et sa malice. Plus Merlin en tombe amoureux, plus il perd ses pouvoirs dont il aurait pourtant bien besoin puisque Morgane, brûlante de dépit amoureux, vient de faire alliance avec Vortigern, le terrible roi barbare…
    • Côté recyclage, donnons une fiction à nos animateurs stars, TF1 présente Cher radin, comédie en 90 minutes, qui met en scène l’animateur Vincent Lagaf’. Il interprète Alexis, un radin compulsif. Dès qu’il s’agit de dépenser, Alexis est pris de bouffées d’angoisse. Impossible pour lui d’acheter des fleurs, de payer une addition, d’offrir un cadeau… Il a dû renoncer à l’amour et vit solitaire avec pour seuls plaisirs le grappillage et la chasse au gaspillage. Jusqu’au jour où, au péril de sa vie, il sauve un collègue sous les yeux d’une jeune femme qui va alors le prendre pour un héros. Par peur de la décevoir, Alexis va devoir mentir sur sa vraie nature…
    • M6 proposera des inédits de Ma femme, ma fille, 2 bébés et Victoire Bonnot mais annonce deux nouveautés dans le genre : un spin off de Victoire Bonnot titrée provisoirement Chez Victoire. L’héroïne de D&co (Valérie Damidot) s’installe dans un domaine viticole, qu’elle va transformer en maison d’hôtes (cf. la même recette que les Toquées) ou encore La méthode Claire avec Michèle Laroque (qui se recycle en TV cf. Jean Réno). À 45 ans, son diplôme d’avocate en poche, Claire Robin range définitivement son ancienne vie de fleuriste derrière elle. Confrontée aux préjugés d’une corporation élitiste, Claire est attendue au tournant. Son créneau ? La justice du quotidien, celle qui aide vraiment les gens. Réalisé par Vincent Monnet, écrit par Alain Patetta, Isabelle Le Monnier, Daive Cohen, Philippe de Lyon et produit par Léonis Productions (Jean-Benoît Gillig) en coproduction avec Nexus, l’unitaire donnera lieu à une série en 90′ en fonction des audiences.
      À noter : de nouveaux épisodes pour Sodas sur W9, la shortcom mettant en scène Kev Adams qui vit ses heures de gloire sur la chaîne de la TNT avec une progression constante de son audience.
  3. Le reste :
    • Des programmes courts pas toujours du meilleur niveau :
      • Excepté le Prix du meilleur Programme court en série pour Les Lascars sur Canal+ obtenu à La Rochelle (déjà diffusé en 12×13’), produit par Bach Film, écrit par Tristan Aurouet, IZM, Eric Benzekri, Emmanuel Klotz, Eldiablo, Alexis Dolivet qui raconte le quotidien d’une inséparable bande de potes, Jo, Polo, Malik et Gros, qui ont grandi ensemble dans le même quartier, au cœur de la culture de la vanne, des bastons de regards et des gros mythos. Au début de la saison, les parents de Jo déménagent au bled et lui laissent leur 5 pièces ; autant dire que la good life peut commencer pour nos lascars.
      • Nous avions parlé précédemment des formats courts, je n’y reviens pas.
      • À noter, un prime spécial Scènes de ménages où les couples verront défiler chez eux une vingtaine de stars : de Jean-Paul Gaultier à Michèle Bernier, en passant par Enrico Macias ou Géraldine Nakache, Yvan Le Bolloc’h et Bruno Solo et bien d’autres, est aussi au programme de la rentrée.
    • Des séries comiques en 26′ sur les chaînes payantes :

      • Lazy compagny, 10 épisodes au programme pour une comédie française made in Normandie sur Orange Cinéma series qui continue son ascension en fiction et produit des fictions originales. Mix entre la 7e compagnie et Inglorius Basterds, elle raconte la vie d’un peloton de GI US perdus dans les landes normandes.
      • Tiekar sur Canal+ en 12×26’, produit par Kissman, écrit par Jamel Debbouze et Mohammed Hamidi qui racontent la vie de Jamel Debbouze et plus particulièrement son enfance. Ses potes d’enfances, son frère Momo, sa classe de cinquième, les combines, les bêtises ; quand on a 12 ans dans une cité et qu’on est plus malin que fort, il faut adopter le système DVVVVV « démerde toi vite vite vite vite ».

Que retenir : entre scepticisme, attentisme et crise, la comédie n’est plus le genre porteur de la fiction française en cette rentrée 2012. Qu’en sera-t-il des autres tendances ?
Quand on sait que les séries US assurent 80% de la rentabilité d’une chaîne gratuite et que ce sont nos chaînes gratuites (TF1, FTV et M6) qui financent 80% de la fiction et du cinéma français. Ça laisse songeur. La suite dans de prochains billets.
Pour ne pas faire comme les autres chaînes et construire des comédies vraiment hilarantes, n’hésitez pas à consulter le cours rire et scénario : l’art de la comédie.

2 comm. sur « Comédies tv : un genre qui séduit moins »

  1. Anonyme écrit le 21 septembre 2012 à 17:06

    Je soulignerai aussi quelques erreurs dans cet article :
    – la série orange s'appelle LAZY COMPANY
    – Lascars saison 1 a déjà été diffusée durant l'été les dimanches sur Canal +, peut-être faites vous alors allusion à une rediffusion

  2. Ecrit écrit le 21 septembre 2012 à 20:08

    @ Anon : merci encore de vos précisions. (Je vous cite ma source sur Lazy Company pour le cas où : 7 nouvelles séries françaises alléchantes à venir). Sur Lascars, c'était juste un rappel du palmarès du festival de La Rochelle.

Laisser un commentaire