Testez votre niveau et passez votre ceinture noire de scénariste

Sujet(s) abordé(s) :

Si dans les entreprises traditionnelles, votre hiérarchie se charge de vous évaluer sur des grilles aux milliers de critères concoctés par la DRH, pour les professions artistiques, l’exercice est beaucoup plus délicat. Quels critères retenir ? Comment savoir où se positionner ? Comme pour les sports de combat, je vous propose une notation par ceinture pour vous aider à vous situer. Saurez-vous déterminer votre niveau ?


Certes, les récompenses (prix, bourses, aides…) et les critiques de professionnels peuvent aider à se situer, mais au fond, qu’est-ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais scénariste, cela varie-t-il en fonction des moments, des sujets ? La vente de vos projets sur le marché vous garantit-elle un label qualité ?
Comme tous les autres arts, les critères objectifs abondent, on en a vu beaucoup sur ce blog (structure, originalité, personnage, rythme, écriture visuelle…). Je vous renvoie d’ailleurs aux dix commandements du scénario, qui en donnent une bonne check-list. Ces critères ne permettent pas forcément cependant de savoir pour autant si on est prêt pour le marché professionnel. Alors, comment juger si on a les moyens de se jeter dans le grand bain avec les autres pros ? Suivez la progression et déterminez votre ceinture…

  1. Ceinture jaune : le scénariste ceinture jaune a peu d’expérience. Premier niveau de l’auteur, il convient à tous ceux qui ont la tête qui fourmille d’idées, mais qui n’ont pas forcément pris soin de les poser à plat pour former une structure cohérente. C’est le cas quand vous écrivez au kilomètre. Rappelez-vous du premier conseil de Cédric, une histoire c’est une combinaison de 3 éléments, un début, un milieu et une fin, c’est-à-dire un 1-2-3. Le scénariste ceinture jaune écrit sans avoir décomposé son histoire, il se contente de suivre son instinct et forcément se retrouve souvent coincé au bout de quelques pages, quand il ne sait plus dans quelle direction aller. Il commence alors une autre histoire et ainsi de suite. Une bonne façon de savoir si vous êtes dans cette catégorie est de vous exercer à citer les différents rebondissements de votre histoire (la fin du 1, du 2 et du 3 par exemple), ou de réaliser un breakdown de votre histoire en décomposant les différents actes de votre récit. Si ces notions ne vous parlent pas, vous êtes probablement au tout début de votre carrière. Vous avez écrit un ou deux scénarios, très longs, avec beaucoup de personnages et vous ne connaissez pas encore des auteurs comme Truby, Mc Kee, Lavandier, Chions, etc. (n’hésitez pas d’ailleurs à consulter nos repères bibliographiques). Pour vous, le scénario est encore un objet de vénération et vous n’arrivez pas à le présenter de façon claire à un lecteur. Vos personnages sont un peu clichés, inspirés de vos films préférés, vos scènes ne comportent pas de conflits. Vous pensez que l’art d’écrire n’est pas compliqué et qu’il n’est pas nécessaire de réécrire 20 fois une bonne idée. Passage de ceinture : écrire un 1-2-3 cohérent et décomposer les actes et les rebondissements des films que vous aimez. C’est la première étape pour commencer votre apprentissage.
  2. Ceinture orange : le scénariste ceinture orange a en général lu un seul manuel de scénario duquel il tire toutes ses réflexions, Mc Kee souvent. Il est conscient de la structure en trois actes, mais ne sait pas encore comment la remplir. Ses dialogues sonnent souvent faux et quand il tente de pitcher son concept, il s’arrête souvent au personnage et au déclencheur. Souvent d’ailleurs, il connaît bien son personnage mais n’arrive pas à le caractériser correctement pour que son lecteur en comprenne toutes les subtilités. Il n’arrive pas bien à encadrer son récit des articulations logiques nécessaires et ne connait pas les spécificités des différents genres du cinéma. Il s’inspire souvent de sa vie personnelle pour écrire des low concepts (cf. le cours expliquant la différence entre un high concept et un low concept), même si la structure est parfois bien posée, en particulier le premier acte. Passage de ceinture : rédiger un one-liner de vos concepts. Si vous ne savez pas comment rédiger un

24 comm. sur « Testez votre niveau et passez votre ceinture noire de scénariste »

  1. Anonyme écrit le 26 juin 2012 à 13:26

    Malheureusement, le plus souvent, quelque soit la couleur de sa ceinture ,d'aprés ce qu'on peut lire ici ou là, le scénariste est contraint de baisser son pantalon. Reste la ceinture de chasteté mais dont le passage est trés douloureux.

  2. Ecrit écrit le 27 juin 2012 à 08:17

    @Anon : Lol 😉

  3. Fabrice O. écrit le 27 juin 2012 à 10:20

    Bonjour Julie !

    J'ai l'impression d'être ceinture verte. Bon après j'ai un peu du mal à me positionner par rapport à votre grille d'évaluation. Je n'ai jamais écrit de long. Et je n'ai jamais eu de retour de producteurs.

  4. Ecrit écrit le 28 juin 2012 à 06:28

    Petite question pour se la péter en soirée : y a-t-il des équivalences avec la Fédération européenne de Krav maga ? Parce que je trouve quand même moins classe de dire "je suis ceinture noire de scénario" ;o)

  5. Anonyme écrit le 28 juin 2012 à 07:06

    Ce n'est pas en disant :"Je suis ceinture noire de scénario." qu'on risque d'impressionner qui que ce soit. Autant dire : "Je suis un tigre de papier ou un soldat de cinéma". Il vaut mieux dire : "Attention:je maîtrise le Krav maga du High concept."

  6. Ecrit écrit le 28 juin 2012 à 08:44

    @anon : bien vu ! Je signale que mon mari est ceinture marron de Krav…
    @Fabrice : l'essentiel est de garder en vue ses objectifs de progression

  7. Fabrice O. écrit le 28 juin 2012 à 09:42

    Je tiens à préciser que j'ai fais du Judo de 6 à 11 ans ! Et pendant l'adolescence j'ai fait du karaté !! Lo_OL. Y a t-il des sites francophones où l'on peut lire des scripts ? Ou un moyen de récupérer ceux de films déjà tournés ? Je pense avoir progresser en lisant quelques scripts.
    Il y avait le magazine synopsis avec sa partie Fac-similé, mais malheureusement le journal n'a pas survécu.

  8. Anonyme écrit le 28 juin 2012 à 15:32

    Ceinture marron de krav! Je sais pas pourquoi mais, tout d'un coup, tous les conseils de Cédric sont devenus incontestables!

  9. Ecrit écrit le 29 juin 2012 à 07:51

    @Fabrice O.: C'est vrai qu'il est difficile de trouver des scénarios français à lire. Nous travaillons pour y remédier prochainement sur ce site !

    @Anon: La ceinture de scénariste, c'est pour écrire. Celle de Krav, c'est pour vendre ! 😉

  10. Anonyme écrit le 29 juin 2012 à 09:35

    Il faudrait enseigner la technique du pitch, paf, poum

  11. Ecrit écrit le 29 juin 2012 à 09:37

    @Anon : Lol ! Très bon !

  12. Anonyme écrit le 30 juin 2012 à 14:03

    @ Fabrice O., (ainsi qu'à tous ceux que ça intéresse)

    On peut trouver une petite poignée de scénarios en français sur le site de l'agent Catherine Winckelmuller. Il suffit de jeter un œil à la rubrique "Documents joints" de chaque auteur. Outre quelques téléfilms, on y trouve notamment le script d' "Un long dimanche de fiancailles" de Guillaume Laurant et Jean-Pierre Jeunet.

    http://www.winckelmuller.com/Laurant.html

    Egalement, le site "simplyscripts", dans sa rubrique "non english scritps", met à dispositions quelques scénarios en français, avec notamment "Se souvenir des belles choses" de Jean-Claude Deret et Zabou Breitman.

    http://www.simplyscripts.com/non_english_scripts.html

    Cordialement,

    Steviiiiii

    PS : Si d'autres personnes connaissent d'autres sites, je suis preneur…

  13. Fabrice O. écrit le 5 juillet 2012 à 11:04

    Merci Steviiiiii pour ces adresses ! 🙂

  14. Anonyme 007 écrit le 10 juillet 2012 à 12:10

    Du temps de ma jeunesse pas si lointaine, je suis parvenu au stade équivalent de ceinture verte en capoeira…mais j'ai dû arrêter pour des problèmes articulaires (la caporeira sollicite TOUTES les articulations et pas qu'un peu!). Heureusement, la gestion de l'articulation des actes de scénarios semble moins douloureuse (du moins physiquement). Et puis on rencontre plus souvent des scénaristes de 70 ans que des capoeiristes canoniques. Ouf (j'espère avoir fait le bon choix). Mais la capoeira est excellente pour s'entraîner à l'art du rebondissement et du contre-pied, tout ça dans la bonne humeur (le Brésil, quoi). Un atout de plus: la capoeira s'exerce aussi avec la pratique de la musique et du rythme. Et la gestion du souffle. De bons ingrédients pour l'écriture de scénarios…;-)

  15. Ecrit écrit le 10 juillet 2012 à 13:58

    @Stevi : effectivement, il est très difficile d'avoir accès à des scénarios en français, mais pour ceux qui peuvent en lire en anglais, une multitude de blogs US et anglais en fournissent. Vous avez aussi le site de la BBC qui en propose (surtout intéressant pour la partie série TV), ainsi que Raindance, une association qui moyennant finance vous donne accès à une large base de donnée de scénarios de films anciens et récents.

    @ 007 : l'essentiel est de toujours pratiquer pour rester souple. Bon entraînement (:-)

  16. Anonyme écrit le 10 juillet 2012 à 20:46

    @ Julie : Je connaissais les classiques Daily script, script-o-rama, et consorts, mais j'ignorais que la BBC proposait un contenu aussi riche. Merci ! Quand au site de Raindance, je vais voir de ce pas.

    Steviiiiii

  17. Natacha écrit le 10 juillet 2012 à 21:25

    Alors ? vous qui devez avoir lu mon livre maintenant quelle ceinture me donnez vous ?^^

    Natacha

  18. Ecrit écrit le 11 juillet 2012 à 17:11

    @Natacha : Merci pour cet envoi spontané ! Vous n'avez pas eu de retour de notre part parce que Cédric et moi n'avons pas encore eu le temps de lire votre oeuvre (nous recevons beaucoup de courrier depuis la création de high concept). Au plaisir de découvrir prochainement votre univers.

  19. Natacha écrit le 28 juillet 2012 à 19:04

    Merci de votre réponse. Je vais essayer en tout objectivité : je dirais ceinture bleue alors^^
    Excusez moi mais j'ai cherché en vain : parlez vous sur le site des contraintes financières des maisons de productions françaises ? car je suis en contact avec un producteur qui recherche des courts métrage à petits budget. Des scénarios avec des histoires réalistes sur des thèmes liés à la société actuelle. Car je suis écrivain et dans un roman on peux faire tout ce qui nous plaît hors dans un scénario c'est loin d'être le cas et je cherche à savoir comment il est possible de cadrer un scénario en fonction d'un budget limité !

    Merci

    Natacha

  20. Ecrit écrit le 30 juillet 2012 à 11:19

    @Natacha: C'est une très bonne question ! J'ai coécrit mon premier long métrage sans avoir ne serait-ce qu'une vague idée de son budget. Si ça ne m'a pas empêché de lancer ma carrière avec (voir la vidéo Comment devenir scénariste en France), j'ai eu cependant du mal à le vendre parce qu'il était très cher (du niveau d'un blockbuster US). J'ai depuis appris à évaluer mes écrits.
    Afin d'y parvenir, vous trouverez dans les articles bonus de notre Page facebook un test intitulé "Vendre un scénario : votre projet est-il au niveau ?", qui pose les questions essentielles pour cerner votre budget.

    AMHA, il n'est pas nécessaire d'aller plus loin. Un auteur n'est pas un directeur de production, il doit simplement savoir:

    A)dans quel marché s'inscrit son projet (cf le prochain cycle de cours de Julie à la rentrée);
    B)si ses choix de narration les plus coûteux sont totalement justifiés d'un point de vue dramatique (cf le test ci-dessus).

    Bien à vous,
    Cédric

    PS: Merci encore pour votre aimable envoi du "petit cadeau", je vous réponds de suite par e-mail. :o)

  21. Natacha écrit le 30 juillet 2012 à 13:13

    Merci beaucoup pour ce lien je pense qu'il va beaucoup m'aider dans mon travail ! surtout la partie "ÉLÉMENTS LIÉS À LA PRODUCTION" effectivement !
    J'attendrai votre mail alors ! merci encore !

    Natacha

  22. Anonyme écrit le 7 octobre 2012 à 18:09

    Tout d'abord merci pour votre blog.
    Ces "ceintures" ont uniquement rapport avec la qualité de l’écriture. Or bBeaucoup de scénaristes évoquent régulièrement les deadlines auxquels ils sont confronte dans leurs métiers. Pourriez vous me donner une estimation du rythme d’écriture?

    Mathieu

  23. Ecrit écrit le 8 octobre 2012 à 12:49

    Cher Matthieu : difficile de vous donner des chiffres fiables puisque les process français ne sont pas encore industrialisés et qu'en fonction de chaque projet, du format, de la chaîne, du nombre d'auteurs, des différentes étapes d'écriture choisies et des aller-retours sur les textes, les délais d'écriture peuvent varier du simple au triple voire plus. Pour vous donner un ordre d'idée sur du 52' en convention d'écriture avec une chaîne, il faut compter en général 3 semaines/1 mois pour chaque première version d'une étape d'écriture (synopsis, séquencier, continuité). Ainsi, si tout se passe bien, à partir du moment où une bible a été validée, vous devez compter au minimum 3 mois pour voir arriver un premier épisode de 52'. (Pour comparer des process d'écriture qui ne sont pas comparables en l'état, les writing rooms américaines peuvent produire un breakdown (cf. cours de Cédric sur l'art du breakdown d'un épisode de série) en une semaine!!!). Moins il y a d'intermédiaires, plus les délais sont raccourcis bien sûr. Ainsi, pour une mini-série de 6 à 8 épisodes, il faut en général entre 6 mois et un an de développement, surtout s'il s'agit de la première saison. Vous comprenez ainsi pourquoi en France, nous avons du mal à enchaîner les saisons. La donne est différente sur des séries en production dont les process sont rôdés (les scénaristes de PBLV livrent un nouvel épisode de 26' toutes les 3 semaines je crois) et l'écriture d'une saison de 12 épisodes avec 6 scénaristes comme sur un Village français est faite en moins d'un semestre.

  24. Caroline écrit le 15 octobre 2012 à 15:05

    Très enrichissant, merci. Moi je suis ceinture transparente… Ah non, j'ai pas de ceinture ! lol Ben c'est ptet pour ça que j'perds mon inspiration, alors ?
    En tout cas, merci beaucoup pour cette vision très sportive de la progression du scénariste. A lire et relire.

Laisser un commentaire