Six règles de conduite à adopter pour démarcher sereinement avec son scénario

Sujet(s) abordé(s) :

Trouver un producteur ou un partenaire n’est jamais facile quand on débute surtout quand on n’a pas eu le temps de construire un réseau professionnel étendu. Beaucoup de blogs vous noieront sous des tonnes d’informations, évidences, conseils en tout genre mais peu vous permettront d’obtenir un RDV, un stage, un contrat et d’intéresser un producteur. Par quoi commencer ? Comment contruire un réseau ? Qu’est-ce que recherchent les lecteurs ? Comment obtenir un agent ? Beaucoup de conseils relèvent du bon sens mais quand il s’agit du métier, Cédric et moi préférons parler d’attitude. Voici donc six attitudes ou règles de conduite que nous appliquons et qui vous rapprocheront surement de ces objectifs. C’est parti !

  1. BIENVEILLANCE : ne critiquez pas la fiction des autres
  2. Évitez les jugements de valeur sur des projets concurrents, même quand le marché les a sanctionnés par de faibles audiences par exemple. Inutile de tirer sur toutes les ambulances de la fiction française ou du cinéma (même si elles sont nombreuses), la personne en face de vous a de toutes les façons contribué d’une façon ou d’une autre à l’une d’entre elles. Bref, restez factuel.

    Astuce : si l’on vous pose une question sur un projet en particulier que vous n’aimez pas, arrangez-vous tout de même pour lui trouver une qualité. Cela donnera plus d’impact à votre critique éventuelle et permettra à votre interlocuteur de sauver la face s’il y a participé. En tout état de cause, essayez au maximum de parler de vous sans vous préocupper des projets des autres.

  3. CONFIANCE : dopez votre force mentale
  4. Dans le monde de l’audiovisuel, les refus sont courants, injustes, parfois méchants ou humiliants et de temps en temps tout à fait légitimes et justifiés. Sans un mental de gagnant, il est difficile de tenir. Donc contrairement à ce qui est dit ça ou là, vous devez développer une confiance en vous INÉBRANLABLE. Ego is good ! Malgré les moments de doute, vous devez être persuadé de votre capacité à atteindre vos objectifs.
    Devenir un bon scénariste est difficile et parfois long mais tous ceux qui se donnent les moyens peuvent y arriver (comptez 3 à 5 ans en moyenne à plein temps).

    • Remarque : beaucoup de gens du métier passent leur temps à décourager les nouveaux entrants. Vous les reconnaissez aux litanies du style : le scénario est un monde avec beaucoup d’appelés et peu d’élus, un bon scénariste fait de la commande, personne n’est payé au début, il faut s’adosser à quelqu’un de connu pour vendre, etc. Bien évidemment, si vous visez le marché de la commande limité par le nombre fini de projets de série ou de films sur lesquels travailler (cf. les spécificités de notre marché audiovisuel), vous entrez en concurrence directe avec ceux qui y travaillent déjà. N’oubliez pas de prendre cette information en considération quand vous entendrez leurs critiques/conseils/remarques sur votre travail ou vos ambitions…

    Astuce : prenez dans les critiques tout ce qui peut être constructif et oubliez le reste. Ne vous laissez pas miner par ce que les autres pensent de vous ou de vos projets. Ce n’est que parce que vous croirez en vous-même que vous convaincrez les autres. Plus vous vous acharnez, plus vous aurez de chance de réussir. Le secret est de croire en soi quoi qu’il arrive ! Et oui, tout le monde peut devenir scénariste et cette profession n’est pas réservée à un petit cercle élu par je ne sais quelle divinité du scénario…

  5. INTELLIGENCE SOCIALE : n’insistez jamais
  6. N’insistez pas quand on vous dit non. Si quelqu’un refuse l’un de vos projets ou renacle à le lire ou à vous aider d’une manière ou d’une autre, vous devez l’accepter et aller de l’avant. Être grossier ou agressif ne vous servira à rien, insister ou demander des comptes/explications/justifications non plus. Vous ne ferez qu’augmenter le refus et stopper votre interlocuteur dans le désir d’aller plus loin avec vous.

    Astuce : quand l’offre est supérieure à la demande (cf. une dizaine de nouveaux projets de série et une soixantaine d’unitaires sont mis à l’écran par an et c’est tout), mieux vaut rendre ses projets les plus originaux et différents possibles pour attirer l’attention (vous savez que je parle de high concept) que s’acharner à les caser coûte que coûte en insistant sur un univers d’auteur qui n’a pas (encore) fait ses preuves.
    Un non franc est toujours un signal d’alarme. Mieux, dès la moindre réticence à l’écoute de l’un de vos projets, vous devez enchaîner avec le pitch du projet suivant. Cela prouvera que vous avez beaucoup de projets et mettra à l’aise votre interlocuteur.

  7. GÉNÉROSITÉ : donnez et n’attendez rien en retour
  8. « Le scénario est un marathon pas un 100 mètres. » Le temps de l’audiovisuel est long : un projet de film ou de série met entre 2 et 4 ans pour aboutir dans le meilleur des cas. Se construire un réseau professionnel ne s’envisage donc que dans la durée.

    • Vous devez inspirer et créer de la CONFIANCE. Inutile de vous montrer trop intéressé ou needy dès que vous croisez un producteur ou quelqu’un de connu du métier. Du calme : tout le monde est là pour la même chose. Vous ferez ainsi la différence si vous êtes détendu, souriant… Parlez de vos projets avec passion, intéressez-vous à ceux de vos interlocuteurs et surtout, surtout, ne demandez rien et n’attendez-rien en retour.

    Astuce : ne traitez pas vos relations sur un mode transactionnel car comme toutes les relations, les relations professionnelles qui durent sont celles qui sont construites sur la confiance. Ne parlez donc pas à quelqu’un pour obtenir quelque chose en retour : c’est impoli et ce sera le meilleur moyen de le faire fuir. Tous les gens connus sont assaillis de demandes de lecture, de RDV, etc. Quand vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, votre seule ambition doit être de lui plaire et de donner la meilleure image de vous, pas de lui faire une liste de courses (cf. nos conseils pour démarcher un producteur).

  9. POLITESSE : bonjour, merci, s’il vous plait…
  10. Même si le monde audiovisuel est extrêmement impoli de façon générale (vous recevrez peu de réponses à vos envois par exemple, quelqu’un que vous avez rencontré ne vous saluera pas toujours à une autre occasion de rencontre, etc.), vous devez toujours rester extrêmement courtois dans tous vos échanges avec le milieu.

    • Évitez d’envoyer votre manuscrit à des professionnels avant qu’ils aient accepté ou demandé à le lire.

    • N’envoyez pas vos projets à un grand groupe de gens (type envoi de masse en bcc), c’est la meilleure façon de n’obtenir aucune réponse.
    • Personnalisez chacun de vos envois : demandez des nouvelles des autres projets de vos interlocuteurs, comment ils vont, etc.

    Astuce : n’en faites pas trop non plus et ne soyez pas trop familier. Même si tout le monde se tutoie, l’audiovisuel n’est pas une grande famille. Rester dans la retenue en mettant les formes sans excès vous permettra d’avoir du recul et d’apprécier vos relations à leur véritable niveau. Il faut beaucoup de temps pour se sentir à l’aise dans une relation de travail, cela ne s’obtient pas en quelques mails, même sympathiques.

  11. PROFESSIONNALISME : ne tombez pas dans le mythe de l’auteur
  12. Le scénario est un métier. Ce n’est pas parce que vous travaillez dans une profession artistique que vous devez raconter votre vie ou saouler vos interlocuteurs avec vos névroses familiales. La vision d’auteur n’est pas une justification de toutes vos envies d’écrire. Attention donc quand vous parlez de vous et de vos ambitions car seules les stars sont prises au sérieux dans cet exercice.

    • Évitez de parler de vous pour parler de vous : beaucoup de jeunes auteurs pensent s’attirer la sympathie en insistant sur leurs antécédents, leurs processus de pensée, leurs thématiques fétiches, leurs univers personnels passionnants… Mais quand on est inconnu, cela n’intéresse personne.
    • Faites l’inverse : donnez plutôt un point de vue original sur telle ou telle actu, partagez des informations interessantes, divertissez vos followers…

    Astuce : ne vous mettez pas dans la position du FAN. Ne likez pas systématiquement toutes les publications des pros que vous suivez sur Facebook ou twitter, ne parlez pas de séries que vous ne connaissez pas bien ou évitez les platitudes sur les hits du moment (tout le monde aime Game of thrones, Dexter, Breaking Bad, etc.). Bref, ne faites pas de la lèche aux gens connus… C’est le meilleur moyen de vous décridibiliser…

Si vous pensez à d’autres conseils, n’hésitez pas à compléter cette liste dans les commentaires.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire