La fiction française à l’ère de la TV connectée

Sujet(s) abordé(s) :

Alors que l’on prédisait la mort de notre cher poste de télévision avec l’arrivée de ces nouveaux modes de consommation, mais également d’autres sources d’information (Internet et la multiplication des écrans), les chiffres donnés par Médiamétrie tendent à prouver que la télévision est loin d’être un média en perte de vitesse, au contraire, ils permettent désormais de comprendre comment ces nouveaux usages dopent la consommation TV et quelles sont leurs conséquences sur la production de fiction (genre préféré des télespectateurs). Décryptage.


En effet, Médiamétrie révèle que la télévision ne s’est jamais aussi bien portée.
En 2012, la consommation de télévision a atteint un record avec une Durée d’Écoute Individuelle (DEI) de 3h50 par jour, soit une augmentation de 3 minutes par rapport à 2011, année pour laquelle on avait déjà observé une hausse de 15 minutes de consommation quotidienne par rapport à 2010 (chiffres donnés par le médiamat annuel 2013).

L’augmentation constante du temps quotidien moyen passé devant le petit écran génère forcément des interrogations et demande une finesse d’analyse afin d’expliquer cette tendance à la hausse.

La TV reste le média roi

La télévision et ses contenus marquent l’apogée de notre société de consommation. Aujourd’hui en France, 98% des foyers possèdent au moins un téléviseur, ce qui représente une couverture d’environ 27 millions de foyers selon les Écrire pour la famille : les secrets des auteurs d’animation.

Carole Bertrand, HC

Carole est experte en histoire de la télévision, auteur d'un mémoire sur l'avenir de la fiction française face aux séries US. Après un Master 1 à l'EAC et un stage en programmation audiovisuelle au sein du Groupe AB, c'est désormais à Clermont-Ferrand qu'elle suit un Master 2 en management culturel et audiovisuel qui la destine à la production de festivals de cinéma. Carole est également rédactrice pour la rubrique Photographie du site YRC Mag où vous pouvez retrouver plusieurs de ses articles sur Olga Valeska, Cerise Doucede ou Alex Prager.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire