Que nous révèle la rentrée des séries US sur notre fiction nationale?

Sujet(s) abordé(s) :

Après un petit tour d’horizon des tendances de la rentrée audiovisuelle des chaînes françaises en matière de programmation et de production de fictions, qui vont du tout policier, au moins comique, en passant par les séries d’action de Luc Besson recyclées ou pas, le haut de gamme porté par Canal+ en attendant le nouvel espoir porté par D8 et le reste de mélos sociaux du service public et autres OVNIS, je me suis amusée à comparer notre rentrée tv à celle de la télévision américaine pour voir s’il y avait de possibles concordances. Résultat : et si nos télés n’étaient pas si éloignées ?

Les grandes tendances de la fiction US ont des échos en France

Si en France, notre TV reste globalement assez conservatrice avec un volume de production faible, on s’aperçoit que le premier exportateur mondial de fictions se cherche aussi en cette rentrée. Chacun des grands networks US aborde ainsi la rentrée avec une stratégie différente : tandis que CBS mise gros sur les stars en s’adjoignant à coup de tiroir caisse des têtes d’affiches du cinéma (à la façon de Canal+ par exemple) comme Eddie Murphy ou Robin Williams, Fox ralentit la cadence de ses productions alors qu’ABC cherche de la série familiale pour occuper ses primes et que NBC se veut conquérante avec des programmes innovants. Ainsi, après un été en pente douce et une rentrée tranquille, voyons comment les grandes tendances révélées aux Emmys s’ajustent avec notre modèle nationale :

  1. Première tendance : l’effet Homeland qui traduit un réel engouement pour les séries d’espionnage
    Après qu’Homeland a raflé tous les prix cette année aux Emmys, la série d’espionnage est à la mode. La recette est simple, vous mêlez du complot à des intrigues politiques et le tour est joué. Toutes les chaînes américaines ont un drama dans le genre : on peut citer Fox qui développe avec Jason Katims, créateur de Saturday Night lights et de Parenthood, scénariste des films Mr. & Mrs. Smith, X-Men et Sherlock Holmes, une dramédie d’espionnage dont il écrira le scénario, coproduit par Simon Kinberg. L’histoire suivra un jeune prodige rebelle engagé par la CIA formé par un agent expérimenté avec lequel il constitue un improbable duo de type père/fils.Par ailleurs, le producteur exécutif d’Homeland, Howard Gordon est l’un des producteurs les plus actifs de la saison, avec sa compagnie Lane Teakwood qui a vendu pas moins de quatre projets pour le moment.

    • En France, il y a bien un unitaire sur le service public mais le terrorisme, l’espionnage et le complot ne sont pas forcément à la mode. Ils n’intéressent que Luc Besson qui produit XIII pour l’international, et No limit dans une arène assez franco-française. C’est dommage, c’est le versant fun de la fiction politique. Sujet sensible en ce moment, il n’est pas sûr que nos chaînes averses au risque veuillent parler de terrorisme et de menace sur l’État, contrairement aux US qui exorcisent, entre autres par ce prisme, une de leur plus grande peur (cette tendance n’est pas nouvelle).
    • MAJ : France 2 vient d’annoncer le tournage de La Source, (sortie DVD prévue en oct. 2013), un thriller d’espionnage centré autour d’une baby-sitter contactée par les services secrets français pour espionner la famille qui l’emploie. La mini série de 6 épisodes de 52′ fait ainsi un pas timide dans l’univers de l’espionnage et est réalisée par Xavier Durringer, écrite par Laurent Burtin et Nathalie Suhard, produite par Laurence Bachman et Clémentine Dabadie pour une coproduction Chabraque productions et Barjac production.
  2. Deuxième tendance : parlez-moi de moi
    Cette année, une éruption de shows semi-autobiographiques portés par leurs auteurs a vu le jour. Parmi eux, on peut citer le projet de Ben Stiller, une comédie vaguement fondée sur sa vie pour ABC intitulée Please Knock. Kevin Napier est à bord pour en écrire le scénario aux côtés de Stuart Cornfeld, Debbie Liebling et Stiller qui en assurent la production exécutive. Le pitch raconte la vie de Mitch Fuller, un acteur star qui se rend compte qu’il a perdu contact avec la réalité et sa famille et qui décide de réemménager dans l’immeuble de New York où il grandi et dans lequel ses parents résident toujours. On peut citer aussi le projet de Donald Glover pour NBC, celui de Justin Halpern I suck at Girls (d’après ses mémoires) pour la Fox, ou encore le projet d’Adam F. Goldberg How the F— am I Normal ? pour ABC. CBS n’est pas en reste avec Partners, l’histoire inspirée de la vraie vie des scénaristes : un hétéro et un gay. Enfin, après Curb Your Enthusiasm, Louie et Girls sur le câble, Fox a lancé un projet entre Grey’s anatomy et Bridget Jones appelé The Mindy projet avec Mindy Kaling, scénariste et actrice de The Office qui s’y raconte comme une célibataire, complexée, obstétricienne dans une coquette clinique new-yorkaise.

    • En France, cette tendance s’illustre par un petit florilège de fictions comme Platane saison 2, DVD à paraître en oct. 2013 où Eric Judor se met en scène dans un quotidien romancé. On peut noter aussi Médecin-chef à la santé, adapté du livre du même nom de Véronique Vasseur qui en a co-écrit le scénario, ou encore Kanaks, l’histoire oubliée, téléfilm co-écrit par Christian Karembeu, qui parle de sa trajectoire métissée quand à 17 ans, il est sur le point de rejoindre le FC Nantes en métropole. Mais c’est à peu près tout. 

  3. Troisième tendance : faire du neuf avec l’ancien
    Dans une volonté de réduction de coûts, les reboots sont à nouveau en vogue. CW prépare un nouveau Wonder Woman, tout comme la Fox qui s’attaque à une série adaptée de Sleepy Hollow. ABC va tenter un Finn & Sawyer, un point de vue contemporain sur Les Aventures de Huckleberry Finn. Les auteurs qui travaillent en duo depuis Détroit 1-8-7, Jason Richman and David Zabel décrivent le projet comme une réinvention sur le thème de l’aventure qui tourne autour de deux célèbres personnages littéraires qui se rencontrent alors qu’ils sont de jeunes hommes dans leur vingtaines et qu’ils sont détectives privés dans un quartier animé de la Nouvelle-Orléans. CBS travaille en collaboration avec David Mamet et Vince Vaughn sur Have Gun Will Travel et The Brady Bunch, respectivement. On peut citer aussi CW avec The Carrie Diaries : le prequel de Sex & The City, sur la jeunesse de Carrie Bradshaw, interprétée par Anna Sophia Rob. NBC relance un Dracula dans une nouvelle lecture du mythe du comte Dracula, qui sera en fait une mini-série, mettant en vedette Jonathan Rhys-Meyer (The Tudors) prévu pour la fin de saison.

    • Qui recycle son catalogue dans l’hexagone ? Sans même parler de qualité, il est intéressant de constater au final que les seuls qui peuvent se permettre ce petit jeu sont : Jean-Luc Azoulay qui a ressorti Les mystères de l’amour ou parle de refaire Les filles d’à côté, ou Marathon qui va relancer Sous le soleil. Comme si en France, nous ne pouvions compter que sur les soaps des années 90. A ce tarif là, pourquoi ne pas refaire plutôt Thierry la fronde ou Fantomas ? Beaucoup de catalogues sont encore inexploités, dommage ! Des versions contemporaines de séries anciennes de qualité pourraient booster notre fiction nationale… France 2 et surtout France 3 axées sur le patrimoine pourraient en faire beaucoup plus et mieux (cf. les adaptations plutôt réussies de Maupassant l’année dernière). Avis aux amateurs.
    • MAJ : les droits de Thierry la fronde viennent d’être acquis par WE Prod. Le réalisateur et producteur Guillaume Lubrano vient en effet de convaincre Jean-Claude Dret, créateur du feuilleton célèbre des années 1960, de lui céder ses droits. Le pilote pourrait être diffusé fin 2013, suivi de 6 épisodes de 52 minutes en 2014.

  4. Quatrième tendance : les femmes célibataires
    Les femmes célibataires —et, dans de nombreux cas, les mères célibataires- représentent l’une des grandes tendances de la rentrée US. La plupart des réseaux ont au moins un projet centré sur cette thématique, y compris une comédie d’Ellen DeGeneres et de Lauren Pomerantz sur NBC à propos d’une jeune femme de 32 ans indépendante qui flippe de rester seule pour toujours. ABC mise quant à elle sur Safe at home qui parle d’une mère de famille bientôt divorcée et très déterminée, alors que CBS avec All the Single Ladies veut traiter de trentenaires celibattantes. ABC est aussi dans la course avec Malibu Country, une sitcom construite autour de Reba McEntire qui campe une mère divorcée avec 3 enfants qui retourne à Malibu pour relancer sa carrière de chanteuse ou encore How to Live With Your Parents for the Rest of Your Life avec Sarah Chalke (Scrubs) qui joue une jeune divorcée qui va vivre avec ses parents, excentriques et sans limites.

Que retenir ?

Cette rentrée nous montre que la production de fiction française se heurte surtout à une problématique de volume et de formats. Tandis que les gros networks américains lancent en moyenne une dizaine de nouveaux projets par an sur deux types de formats (comédie en 22′ et dramas en 42′) avec une moyenne de 12 à 24 épisodes par saison, en plus de la reconduction de leurs séries phares, nos séries françaises ont en moyenne entre 6 et 8 épisodes et n’arrivent que pour très peu d’entre elles à fidéliser sur plusieurs saisons.
Seule TF1 et Canal+ ont réussi à imposer des marques sur des séries qui entament leur énième saison, sur le service public (qui assure pourtant les 2/3 de la production nationale, on ne peut citer que Fais pas ci, fais pas ça, ou Un village français et bien sûr Plus belle la vie, mais c’est à peu près tout.
Voilà le challenge de cette année pour le groupe public tandis que pour les autres, il faudra encore attendre que la concurrence les force à bouger de leur périmètre de sécurité. Je mise beaucoup d’espoir sur D8 qui fait sa rentrée cette semaine, à suivre. Qu’en pensez-vous ?

4 comm. sur « Que nous révèle la rentrée des séries US sur notre fiction nationale? »

  1. Anonyme écrit le 27 octobre 2012 à 10:53

    J'aime bien la façon de rester poli de l'article sur l'affligeante médiocrité de nos productions hexagonales…
    Sur les séries US, je suis surpris de l'absence de "Boss" dans la remise des prix des Emmys (série géniale pour moi, un tantinet trop "implacable" peut être pour certains), comme si certains sujets étaient un peu trop tendancieux avant les élections américaines.
    Une remarque sur le projet français "La Source", les auteurs ont ils vu la série british "Hunted", actuellement diffusée par la BBC, qui raconte l'histoire d'une fausse prof particulière, infiltrée dans une famille pour l'espionner?
    Bénéfice du doute…

  2. Anonyme 007 écrit le 29 octobre 2012 à 14:01

    "(…) A ce tarif là, pourquoi ne pas refaire plutôt Thierry la Fronde ou Fantomas ?"
    Don de prémonition ? Il est question de faire un remake de…Thierry La Fronde, produit par We Productions, incessamment sous peu. Et pourquoi pas un reboot des "Saintes Chéries", "Belle et Sébastien" en version caillera et pitbull, ou un "Belphegor 2.0 next generation"?

    C'est bien gentil de regarder dans le rétroviseur, mais attention à ne pas prendre le mur de l'avenir de face. Comme disait ma grand-mère, on n'est pas prêt de se sortir le cul des ronces…;-)

  3. Fabrice O. écrit le 29 octobre 2012 à 19:46

    "C'est bien gentil de regarder dans le rétroviseur, mais attention à ne pas prendre le mur de l'avenir de face. "
    Anonyme 007, d'un côté je partage votre agacement. Oui on a le droit d'avoir du neuf.
    De l'autre côté, je ne suis pas d'accord. L'idée d'avoir une relecture contemporaine d'une oeuvre passée ne me dérange pas. N'oublions pas que Batman est né dans les années 30. A chaque auteur une nouvelle vision. Perso, je suis content d'avoir eu les visions de Nolan et Burton.

    Il y a une chose qui m'embête de plus en plus notre patrimoine fictionnel est délaissé au profit du patrimoine US. Remettre au goût du jour certaines de ces oeuvres dans des projets ambitieux, biens écrits et bien mis en scène est peut être un bon début pour faire rimer fiction française de qualité avec succès public. Ensuite il sera possible de tenter des oeuvres audacieuses.

  4. Ecrit écrit le 30 octobre 2012 à 18:07

    @Anon : les scénaristes français regardent aussi la fiction étrangère, il est donc tout a fait possible que les producteurs de La Source s'inspirent grandement de Hunted avec la bénédiction de France 2 sans se sentir le moins du monde malhonnêtes. C'est une des tendances lourdes de notre fiction qui ne rime pas avec création originale, je pense à Caïn, ou encore Clash et bien d'autres.

    @007 et Fabrice O. : il faut bien commencer quelque part. Exploiter notre patrimoine peut être une piste intéressante si tant est que nous y apportions une relecture contemporaine et une vision d'auteur… même s'il n'est plus la peine de démontrer que sur ce blog nous soutenons plutôt les concepts forts ET originaux.

Laisser un commentaire